top of page

Session #3 Jour 2 - Balade en tant qu'autre, entre révolte et espoir.

Dernière mise à jour : 29 mai

Jour 2 - samedi 20 mai 2023

Nous sommes Hélène et Eve, en immersion dans la troisième session de l’Assemblée populaire du Rhône à Sablons. Nous dessinons et écrivons et voici notre journal de bord de ces trois jours avec les panélistes.

Déroulé de la journée - Crédit Eve Poyet Caterin


Dur dur le réveil, ce matin. Il est 8h00 et nous nous rassemblons : panélistes, facilitateur, facilitatrices, membres du Conseil consultatif et du Comité de gouvernance, organisateurs, organisatrices et bénévoles, autour du petit déjeuner. Viens, prends une viennoiserie, un morceau de "praluline" ou un café avec nous avant de démarrer la journée.


Découverte des Personas - Crédit Eve Poyet Caterin

9h00, en plein air, on arpente la colline et les discours, on respire avec les arbres, et on prend contact avec le sol. l'excitation monte chez les panélistes : que leur réserve cette journée ?

Rencontres sur le chemin de Serrière - Crédit Eve Poyet Caterin

En haut de la colline, au point de vue de la Madonne à Serrières, avec une vue imprenable sur le Rhône, l'association Vivre nous fait revivre son histoire. Par leurs luttes, passées et actuelles, ils et elles nous emmènent et nous questionnent à travers le paysage environnant. "Qu'est-ce qu'il faut faire ?", s'exclame de désespoir Isabelle, la militante engagée. Nos panélistes ne savent répondre... mais cette intervention pousse leur détermination à trouver des pistes d'ici la fin de leur mandat.

L'histoire de l'association Vivre - Déroulé de la journée - Crédit Hélène Dos Santos

Autour de l'association Vivre - Crédit Eve Poyet Caterin


C'est plus silencieux que nous reprenons le chemin. Arrivé·e·s à Limony au surplomb de la réserve naturelle de l'Île de la Platière, Bernard Pont nous regarde approcher. Sortant des cartes, les corrélant au paysage, il nous conte l'histoire du fleuve. Tressé, creusé, modifié par l'humain et l'environnement, le Rhône survit.



Intervention de Bernard Pont - Crédit Hélène Dos Santos

Intervention de Bernard Pont - Crédit Eve Poyet Caterin

Paneliste feuilletant le guide de visite - Crédit Hélène Dos Santos

13h00, le repas est servi ; poireau, tarte à l'oignon et choux sont au rendez-vous.

Le bol tibétain nous appelle à nous réunir de nouveau dans la salle commune. Caroline, membre du conseil consultatif, invite les panélistes à remettre en perspective ce qu'ils et elles ont entendu le matin. Avant de se lancer dans le travail, Yves, facilitateur, met les panélistes en mouvement en les entraînant dans la danse.


Retours sur la matinée et temps de détente avec Yves - Crédit Eve Poyet Caterin


Puis, Capucine, facilitatrice, propose de composer avec la perception des êtres vivants non humains (personas) qu'ils et elles ont incarnés, tout en conservant leur vision de panéliste. En sous-groupe, à partir des expériences de la matinée les panélistes échangent, croisent leurs points de vue et entrent en complexité. Ils et elles se remémorent les récits des parties prenantes, construisant ainsi une vision d'ensemble. Les panélistes convoquent l'expérience matinale pour concevoir une lecture critique des outils démocratiques, juridiques, sociaux et politiques.



Répartition des groupes écosystémiques de personas - Crédit Eve Poyet Caterin

Météo des émotions des panélistes - Crédit Hélène Dos Santos

S'ensuit une intervention de Gilles Armani, anthropologue spécialisé en anthropologie du fleuve et de la nature, et grand témoin de la journée. Liées au fleuve, des mémoires s'étaient forgées, ont évolué et comme le fleuve, sont maintenant menacées, explique-t-il.


Intervention de Gilles Armani - Crédit Hélène Dos Santos & Eve Poyet Caterin



Propulsé·es dans un futur désirable, nos panélistes construisent un discours, une vision des possibles. Le Rhône a enfin pu faire entendre sa voix. Dans l'espoir et la joie, les futurs imaginés fédèrent les panélistes autour de leur mission qui prend forme.



Imaginer les futurs désirables communs du Rhône en 2050, 2100, et 2200 - Crédit Hélène Dos Santos


Pour se vider la tête, merci pour le festin, des lasagnes aux blettes, et puis salade de fruits. Notre journée s'achève, autour de la projection d'un documentaire : "Nous, Tikopia" de Corto Fajal. Un voyage spatial et temporel qui nous amène au début d'une terre: Tikopia. Elle s'exprime, nous conte sa naissance, sa construction, sa solitude. Dès lors, l'humain arrive, un dialogue s'installe avec le roi Ti Namo, soucieux du bien-être de l'Île et de son peuple.



Projection du film Tikopia et temps de discussion avec Corto Fajal et Gilles Armani - Crédit Eve Poyet Caterin


Qu'en retirerons les panélistes ? Qu'en feront-ils ? Nous leur laissons la nuit pour y réfléchir. Repose-toi bien, et à demain !



Photos : crédit id·eau / Marc Prébandier















106 vues
bottom of page